Archive pour la catégorie ‘Casino’

Bwin doit payer un impôt supplémentaire de 6,5 millions €

Le bookmaker autrichien doit payer un impôt supplémentaire de 6,5 millions pour la TVA pour la période 2002-2004. Les autorités fiscales ont jugé que la société devait acquitter la TVA sur les serveurs qui ont opéré les paris et les jeux pour le marché autrichien pendant ces années-là.

Un porte-parole de bwin dit que la compagnie compte de faire appel de la décision. Les autorités fiscales envisagent de demander environ 70 millions d’euros à la compagnie, a précisé un magazine de profil autrichien sans dire d’où il a obtenu l’information.

Les sites illégaux, une perte de quelque millions d’euros pour la France I

Actuellement, approximativement 2 millions de joueurs fréquentent les sites illégaux en France. Cela se traduit par  une perte de recettes fiscales d’environ 112 millions d’euros. En faisant une comparaison avec la situation italienne, on estime qu’après l’ouverture du marché français le nombre de sites illégaux qui vont tenter de s’implanter en France devrait s’élever à 2700 sites. Les causes sont principalement les contraintes réglementaires du marché français, la fiscalité élevée, et l’interdiction de certains types de jeux.

Tous ces chiffres sont présentés par le consultant marketing Francis Merlin dans sa nouvelle étude qui analyse l’incidence des sites illégaux sur le marché français. Il y affirme que les mesures de répression (blocage des sites, amendes, prison) mises en place en France pour lutter contre les sites illégaux sont les plus répressives du monde, mais pas réellement efficaces. Il constate que la raison de cette inefficacité est liée au fait que l’internet n’est pas contrôlable et que toutes ces mesures de répressions seront soit pour la plupart contournables, soit difficilement applicables sur un plan technique et juridique, et en tout cas d’un coût de mise en œuvre extrêmement élevé.

Une fois le marché français ouvert, de nombreux joueurs pourraient être tentés de continuer à jouer sur les sites illégaux. Les joueurs les plus insatisfaits de l’offre des jeux seront les joueurs de casino et de bingo, car ces activités sont interdites en France, et particulièrement les joueurs de poker. Selon Francis Merlin, les meilleurs moyens pour limiter l’impact des sites illégaux sur le marché français seraient, d’une part la modération des contraintes fiscales afin de déterminer les opérateurs illégaux à prendre une licence en France, et d’autre part la suggestion d’une offre de jeux plus large pour que les joueurs arrêtent de fréquenter les sites illégaux.

Ces mesures pourraient finalement aider les joueurs à revenir fréquenter les sites légaux. Il est normal qu’ils puissent trouver sur le marché français les types de jeux qu’ils souhaitent et en même-temps que les mesures mises en place en France les protègent.

Continuation

Les sites illégaux, une perte de quelque millions d’euros pour la France II

En outre, le spécialiste prévoit que les opérateurs légaux vont être durement pénalisés dans la mesure où les sites illégaux ne sont pas soumis aux règles du marché français, coûteuses à mettre en œuvre, avec une fiscalité élevée et des investissements publicitaires importants. En traduisant cela en chiffres, la France va perdre en 2011 environ 450 millions € du chiffre d’affaires du marché français liée aux sites illégaux et 34 millions € recettes fiscales.

Il faut noter que tous les pays du monde, sans aucune exception, sont victimes des attaques des sites illégaux. Donc, il faut être conscient que les mesures les plus restrictives ne sont parvenues aucunement à inverser la tendance. En Italie, par exemple, on est en train d’ajuster ses règles, tant sur le plan de la fiscalité que sur celui des types de jeux autorisés. Le marché italien est structuré de manière semblable à celui français et les mesures de blocage des sites ont été rapidement contournées par les opérateurs illégaux avec la participation active des joueurs.

Les autorités américaines ont été encore plus drastiques et ont bloqué les transactions financières via Mastercard et Visa, mais cette procédure n’aura pas beaucoup d’effets, puisque la majorité des joueurs utilisent depuis plusieurs années les porte-monnaies électroniques.

La où tous les types de jeux sont autorisés et la fiscalité est réduite, comme en Angleterre, le phénomène est moins développé. Au pôle opposé, l’Allemagne se confronte avec un nombre élevé de sites illégaux, qui sont fréquentés par 2 millions de joueurs. De plus, elle a été avertie par la Commission Européenne sur le blocage des transactions financières, qui contrevient au droit européen. En Espagne, même si les sites illégaux sont nombreux, seules des mesures administratives sont envisagées.

Bwin va redémarrer le site français

Bwin va redémarrer son service en France, après que le Parlement français a adopté le 6 avril la loi pour réglementer son marché des jeux en ligne. C’est la déclaration officielle de l’opérateur autrichien du 8 avril.

Le site français de l’opérateur a été suspendu en 2006, après que les directeurs exécutifs Manfred Bodner et Norbert Teufelberger ont été arrêtés en France sur des allégations de paris illégaux. Le journal autrichien Die Presse a cité le manager Konrad Sveceny comme disant que Bwin espère obtenir une licence en France avant l’été.

Coentreprise Canal + Landbrokes

La nouvelle coentreprise Canal + Landbrokes va concurrencer avec les monopoles actuels, la Française des Jeux et le PMU, qui jouissent d’une notoriété importante en France et se préparent intensément pour l’ouverture à la concurrence du marché des jeux en ligne.

La FDJ a signé en mars 2010 un accord avec le géant des télécommunications Orange pour que le dernier intègre les paris de l’opérateur dans ses portails français. En février, elle a signé un contrat de sponsoring avec TF1, la plus grande chaîne de télévision commerciale et a acquis en janvier le fournisseur LVS, pour lui fournir la plateforme de paris à cote fixe.

La FDJ a également conclu un partenariat avec le groupe Barrière pour se lancer dans le domaine du poker en ligne, après avoir signé un accord de licence avec le développeur CyberArts en mai 2009.

A sont tour, le PMU vient de signer avec PartyGaming pour que ce dernier lui fournisse un produit de poker. En novembre 2009, l’opérateur s’est allié avec Paddy Power pour la gestion des risques à cote fixe et les outils de tarification.

D’autres marques fortes en France susceptibles de peser lourd dans le nouveau marché comprennent SPS Betting, l’entreprise de jeux Eurosportsbet, qui fait partie du conglomérat Bouygues, qui détient la chaîne de télévision Eurosport, et Bwin, qui a un accord média avec le propriétaire de « L’Equipe », l’éditeur Amaury Groupe.

PKR va lancer un casino 3D jusqu’à la fin de l’année

PKR envisage de lancer un casino en 3D d’ici la fin de l’année. Le Directeur exécutif de PKR, Malcolm Graham a déclaré dans une interview que la compagnie allait introduire une série de jeux de casino, en suivant le succès de son produit de poker en 3D (qui  a augmenté en moyenne d’un million de joueurs par an depuis son lancement en 2006).

Graham a ajouté: « Mon hypothèse est qu’il existe une occasion de tirer parti d’une plus riche expérience visuelle aux tables de jeux. À l’heure actuelle il est quelque part entre 2D et 3D. Il y a des limites de l’expérience de jeu, et nous sommes confiants que nous pouvons le mener à un autre niveau. Nous avons commencé le processus de déploiement de jeux de casino en 3D, ce qui inclut le lancement de la roulette 3D en décembre. Ce sera le meilleur produit de roulette sur le marché et nous allons ensuite y ajouter des jeux de table. »

La société prévoit d’ajouter du blackjack en juillet, du Hold’em en septembre, du Caribbean stud et baccarat en novembre. Et elle recherchera des tiers pour lui fournir des machines à sous. La société française Lucien Barrière a ouvert la voie, lorsque sa filiale Barrière Interactive Gaming a lancé LeCroupier.com au début de l’année dernière.

En commentant les revues mitigées de l’expérience actuelle de casino en 3D, Graham a dit que l’adoption réussie de la 3D était tributaire de facteurs, tels que « la gestion de la relation client, le traitement des paiements et les prix des tournois », facteurs offerts par PKR.

Au casino sera ajoutée une partie d’un programme d’amélioration au cours des 12-18 prochains mois, qui comprendra également l’amélioration de l’offre de poker de PKR, en ajoutant des fonctionnalités multi-table et la capacité d’accéder à la table plus rapidement. « Il a trois ans et demi, donc il y a beaucoup à faire pour le poker et la gestion de la relation client », a déclaré M. Graham.